Énergie : stopper la déréglementation, aller vers une indépendance énergétique

AG des communistes du Finistère, à Kernevel (70 participants) le 13 novembre 2021

Intervention de Bernard Jasserand, élu communiste à Quimper, membre du CD PCF 29 et de la commission Energies de Bretagne

La hausse des factures d’énergie s’invite dans la campagne électorale, l’humanité de mercredi dernier a fort justement rappelé les chiffres de la précarité énergétique en France ; Continuer la lecture

Loctudy : Vigilance pour la fourniture d’électricité…

Loctudy : Vigilance pour la fourniture d'électricité...

La municipalité de Loctudy vient de lancer une campagne d’achats groupés d’électricité « avec pour objectif que chaque loctudiste puisse réaliser des économies sur sa facture d’électricité ».

Pour cela, elle a « choisi » une société – Wikipower – « entreprise privée et indépendante » (indépendante de qui, de quoi ?) faisant appel « à de l’électricité 100 % verte d’origine renouvelable ».

Cette démarche « toute simple » [Sic] n’est pas sans appeler beaucoup de questions, voire s’avérer scandaleuse. Imaginons un instant, par comparaison, qu’une municipalité quelconque s’avise de proposer à ses administrés d’aller s’approvisionner chez LECLERC (par exemple) plutôt que chez LIDL ou Super U « parce que c’est moins cher et que les produits sont de meilleure qualité ». Il y a fort à parier qu’une telle initiative ne manquerait pas aussitôt de déclencher un tollé, et pourtant…

En l’occurrence, il s’agit d’un contrat ou d’un accord passé entre une société privée et indépendante Wikipower et la municipalité. Les administrés sont en conséquence en droit de connaître les clauses de ce contrat et les contreparties réciproques. De même pour les raisons qui ont amené M. Gaigné, l’adjoint au maire, à « choisir » Wikipower, compte tenu de l’offre diversifiée dans ce domaine précis (les achats groupés). La municipalité étant engagée, elle engage aussi la totalité de la population. Sans débat démocratique.

Depuis Maastricht nous sommes sous le règne de « la concurrence libre et non faussée ». Cela suppose nécessairement des intérêts financiers ou autres et ce n’est pas M. Gaigné, professionnel des « intermédiations monétaires » qui nous démentira.

La deuxième question concerne l’honnêteté de la proposition commerciale, ou comment peut-on proposer à la vente un produit dont on ne dispose pas, en l’occurrence « l’électricité verte d’origine 100 % renouvelable » ?

Chacun chez soi peut constater qu’il n’y a pas de fil spécifique « vert » branché sur le compteur électrique. En France, c’est RTE seul (pour l’instant ?) qui achemine l’énergie (le Mix électrique) chez tous les consommateurs, quels que soient les fournisseurs. Or ce Mix électrique (schéma ci-dessous) ne comprend pour l’instant que 11 % d’énergie renouvelable (dont 8 % hydraulique).

 

Prétendre vendre « de l’électricité 100 % renouvelable » est au mieux une proposition malhonnête et au pire une escroquerie.

Enfin, il faut savoir que le projet Hercule qui vise au démantèlement d’EDF dispose entre autres mesures que « la demande des usagers deviendrait directement pilotée par le gestionnaire du réseau électrique. En cas de vent faible et de soleil couché ou voilé, les usagers verraient automatiquement leur chauffage baisser, leur chauffe-eau coupé, la recharge de leur véhicule électrique différée, voire leur plein déchargé pour produire l’électricité que les éoliennes et les panneaux solaires ne produisent pas… »

Les Loctudistes se doivent d’être particulièrement vigilants concernant cette initiative pour le moins discutable et prise sans aucune concertation. A la fin, c’est toujours le consommateur qui trinque.

ALRX

 EN COMPLÉMENT 1

Il faut refuser les impasses dans la production électrique

TRIBUNE. Jean-Christophe LE DUIGOU et Jean-Pierre SOTURA, syndicalistes, anciens membres de la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Le débat sur les conditions de couverture à long terme de nos besoins d’électricité est important. Il n’est pas sûr que les études du type de celle réalisée par Réseau de transport d’électricité (RTE) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) à l’initiative du ministère de la Transition écologique, misant sur « le tout-renouvelable », soient très éclairantes. Elles installent l’idée que la solution aux enjeux climatiques se résumerait à la substitution d’énergies renouvelables aux capacités de production d’électricité nucléaire. Cette idée est erronée tant sur le plan technique que du point de vue économique, sociétal et politique. Elle conduit à une impasse.

Le changement climatique est causé par les émissions de CO2. L’objectif est donc de développer l’utilisation de sources d’énergie non émettrices de ce gaz, non de réduire celles qui répondent dès aujourd’hui à ce besoin, au premier rang desquelles figure le nucléaire. Les rapports du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) s’inscrivent en faux face au raccourci « non émetteur de CO2 = renouvelable » qui domine le débat énergétique en Europe.

Sur le plan technique la montée en puissance des énergies renouvelables se heurte à de sérieuses difficultés, compte tenu de leur caractère intermittent et non pilotable.

Pour pallier cette intermittence, l’étude RTE-AIE énumère les conditions techniques indispensables : équiper le pays d’installations de stockage de l’électricité à « grande échelle », dont le coût et la faisabilité ne sont pas acquis ; multiplier les lignes à haute tension pour profiter des décalages géographiques de production éolienne et solaire ; investir dans des équipements stabilisant de la fréquence du courant. S’y ajoutent des contraintes sociétales aujourd’hui inconnues : la demande des usagers deviendrait directement pilotée par le gestionnaire du réseau électrique. En cas de vent faible et de soleil couché ou voilé, les usagers verraient automatiquement leur chauffage baisser, leur chauffe-eau coupé, la recharge de leur véhicule électrique différée, voire leur plein déchargé pour produire l’électricité que les éoliennes et les panneaux solaires ne produisent pas…

La plupart des études sont muettes sur la dimension financière et les surcoûts générés par la sortie du nucléaire. Au mieux elles sous-estiment les coûts de renforcement du réseau électrique et de stockage du renouvelable. Elles ne prennent pas en compte la charge que représentent les tarifs préférentiels de rachat étalés sur quinze ou vingt ans et l’avantage lié à une priorité d’injection quasi inconditionnelle. Les scénarios associés au « tout-renouvelable » s’appuient sur des hypothèses de réduction drastique de la consommation électrique qui mettent en cause la plupart des activités industrielles et l’accès à l’énergie pour tous. Cette approche s’inspire des thèses malthusiennes de négaWatt.

De plus, les experts s’accordent à dire que l’éolien et le solaire sont beaucoup plus consommateurs de matières premières, et notamment de terres ou métaux rares. L’étude RTE-AIE le mentionne, sans toutefois en souligner l’importance écologique.

Enfin le choix de chercher à se passer coûte que coûte du nucléaire comporte un risque politique majeur en termes de souveraineté. Comme en matière alimentaire et sanitaire, la souveraineté énergétique est fondamentale. Après le passage d’Alstom sous pavillon américain, le non-renouvellement du parc nucléaire que visent à justifier les scénarios 100 % renouvelables conduirait à la liquidation des atouts de la France dans le nucléaire civil. La France serait alors complètement dépendante pour son approvisionnement électrique comme elle l’est déjà pour le solaire vis-à-vis des productions chinoises et pour l’éolien avec les producteurs danois ou allemands. De fait, elle serait demain fortement dépendante des productions thermiques, charbon et gaz, de ses voisins européens pour assurer l’équilibre production-consommation. Si chaque pays européen procédait de la sorte, c’est toute l’Europe qui risquerait le black-out. Sombre perspective dont on peut conjurer la réalisation.

EN COMPLÉMENT 2

À Loctudy, Christine Corfmat et André Flamand disent non à l’achat groupé d’électricité

L’article récemment paru dans nos colonnes sur l’achat groupé d’électricité par la municipalité a interpellé les élus de la liste « Citoyenneté, solidarité, environnement ». à lancer une campagne d’achats groupés d’électricité.

Dans un communiqué, ils s’étonnent du manque d’aspect démocratique du procédé, regrettant de ne pas avoir été consultés avant cette prise de décision et que ce dossier n’ait pu faire l’objet d’un débat citoyen. « Pourquoi avoir choisi Wikipower, une entreprise belge pro-linky spécialisée dans le démarchage d’achat groupé ? Quelle rétribution pour cette entreprise ? Pourquoi ne pas l’avoir mise en concurrence d’autres sociétés comme Enercoop ou Ekwateur ? Si cette offre est si alléchante, pourquoi la communauté de communes ne s’empare-t-elle pas du sujet ? Est-ce le rôle d’une municipalité de se transformer en agent commercial d’une société privée ? Pourquoi ne pas avoir souscrit au groupement de commande auprès du SDEF 29 alors que la mairie y adhère ? » s’interrogent Christine Corfmat et André Flamand.

Les « lourdes » conséquences du projet Hercule

Partant du principe que « l’énergie la plus propre est celle qui n’est pas consommée », ils estiment qu’il serait préférable « d’inciter les gens à réduire leur consommation électrique et non leur facture ».

« Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? L’ouverture à la concurrence pour les particuliers depuis juillet 2007 a engendré un lourd bilan pour les usagers. Si le projet Hercule, actuellement en débat au Parlement, voit le jour, les conséquences seront lourdes pour les usagers, les territoires et la transition énergétique ». Ce projet vise en effet à vendre au secteur privé les activités les plus rentables d’EDF (distribution d’électricité et énergies renouvelables).

« Par conséquent, de nouvelles augmentations de prix sont inéluctables pour attirer les capitaux et assurer un retour juteux aux investisseurs privés », argumentent-ils. Selon eux, une autre conséquence du projet Hercule serait une augmentation du nombre de précaires énergétiques (13 millions aujourd’hui).

Il serait préférable d’inciter les gens à réduire leur consommation électrique et non leur facture.

Préserver le libre arbitre de la population

« La fin du tarif identique sur tout le territoire est également programmée car les opérateurs privés se concentreront sur les zones les plus rentables, ajoutent-ils. On peut s’interroger sur le moment choisi par la mairie pour s’engager dans cette démarche qui, telle que présentée, peut entraîner l’adhésion d’une majorité de nos concitoyens. C’est pourquoi nous tenions à apporter un autre éclairage à la population dont le libre arbitre ne peut se contenter du « C’est moins cher, plus vert et on a choisi pour vous » », concluent-ils.

Journal Le Télégramme (Publié le 31 janvier 2021)

 

COMPRENDRE LES ENJEUX

1 – Le système de « l’effacement diffus » : https://librejugement.org/2015/02/03/voltalis-idee-seduisante-arnaque-programmee/

2 – Le lien existant entre VOLTALIS et… WIKIPOWER : https://wikipower.fr/blog/2020/03/24/leffacement-de-consommation/

Electricité : le coût de l’Europe libérale

Electricité : le coût de l'Europe libérale

Depuis le 1er juin dernier, le tarif de l’électricité pour les particuliers que nous sommes – le « tarif bleu » d’EDF – a, comme on sait, augmenté de 5,9%, sur décision du gouvernement. Plus de 25 millions de foyers verront donc leur pouvoir d’achat rogné d’autant. C’est l’occasion de revenir sur l’une des dispositions les plus cyniques et scandaleuses des traités européens, notamment depuis l’Acte unique européen (1986) et Maastricht (1992) : l’obligation d’ouvrir à la concurrence tous les « monopoles publics » (comprenez : les entreprises publiques de service public : ferroviaire, postal, de l’énergie, etc..). La France s’était d’autant plus exécutée qu’elle était co-rédactrice de ces traités. Restait le problème épineux des centrales nucléaires : difficile de céder au privé une partie d’un secteur aussi stratégique et aussi sensible ! Or, celui-ci fit des jaloux parmi les concurrents d’EDF car, les centrales étant amorties, les coûts de production y étaient particulièrement compétitifs, notamment à partir de 2005. Le principe sacro-saint de l’Europe libérale – « la concurrence libre et non faussée »- supposait donc que soit assuré urgemment l’accès des concurrents d’EDF à l’électricité bon marché de l’opérateur historique.

Sous leur pression, la Commission européenne finit par poursuivre la France en 2008 pour transposition insuffisante des directives concernées. C’est ainsi que, pour se mettre en règle, les autorités françaises adoptèrent en 2010 la loi NOME (Nouvelle organisation des marchés de l’énergie). Celle-ci oblige EDF à vendre le quart de sa production à ses concurrents à un prix fixé à l’avance et calculé pour être, sauf accident, sensiblement inférieur aux tarifs du marché, ce qui permet à des firmes comme Direct-Energie ou Total… de prendre plus facilement des clients à EDF tout en augmentant, eux aussi, leurs tarifs ! On marche sur la tête.

Les partisans de cette logique justifiaient cette mesure par le souci de satisfaire les services « à moindre coût » en évitant les « abus de position dominante » des fameux « monopoles publics »… On attend toujours leur commentaire sur la nouvelle augmentation que la « libre concurrence » (…faussée) vient de provoquer. Muets sur ce point, ils sont, en revanche, prolixes quand il s’agit de demander la prolongation au-delà de 2025 (date-butoir inscrite dans la loi de 2010) du mécanisme dit de « l’Accès Régulé à l’Electricité Nucléaire Historique », et même de plaider en faveur de l’augmentation de la part de la production d’électricité d’EDF (au-delà des 25% prévus dans la loi actuelle) mise à la disposition de ses concurrents.

C’est dire si le moment se prête comme jamais à un réexamen complet de ce système pervers et contreproductif pour les usagers comme pour l’entreprise EDF.

Francis Wurtz

Si c’est lui qui le dit…

Pour le patron d’EDF, l’électricité est trop taxée en France

 « Il faudrait peut-être réfléchir à moins taxer l’électricité puisqu’elle n’émet pas de dioxyde de carbone ». Cette phrase de Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, sur Europe 1, arrive à point nommé.

Le 1er juin, les tarifs de l’électricité augmenteront de 5,9%. Ce taux a été proposé par la CRE (Commission de régulation de l’énergie) en février et a été validé par le gouvernement. Reste désormais à publier cette décision dans le Journal Officiel.

S’il ne conteste pas la nécessité d’augmenter les tarifs, le patron d’EDF pointe la part des taxes sur la facture des usagers. « Je rappelle que quand on paye une facture d’électricité, on paye plus du tiers de taxes. C’est comme si on avait une TVA à 55 % », précise le PDG d’EDF.