Déclaration du conseil national du PCF

POUR CONSTRUIRE L’ALTERNATIVE A MACRON ET AU RASSEMBLEMENT NATIONAL
LE PCF APPEL A INVESTIR LE NOUVEAU FRONT POPULAIRE

(Adoptée à 97 POUR 1 ABSTENTION)
*
Au lendemain des élections européennes, l’Europe et la France se retrouvent devant un défi historique.
Dans de nombreux pays de l’Union européenne, l’extrême droite arrive en tête ou en seconde position et obtiendrait près de 200 élu⸱es, pesant ainsi plus fortement que jamais au Parlement européen. Les plus fortes progressions sont enregistrées en France par le Rassemblement national, en Italie par Fratelli d’Italia, au Pays-Bas par le PVV et en Allemagne par l’AFD. Cette progression des forces d’extrême droite est d’autant plus dangereuse qu’elle s’oppose frontalement aux immenses défis à relever sur le continent européen et aux réponses émancipatrices à y apporter.
En France, l’extrême droite, avec 36,93% des suffrages, obtient un résultat sans précédent dans notre histoire. À lui seul, le Rassemblement national totalise 31,47% des voix et arrive en tête dans tous les départements du pays à l’exception de quatre d’entre-eux. Cette progression funeste s’accompagne d’ores et déjà d’une montée de la xénophobie, du racisme et de l’antisémitisme, de la multiplication des discriminations, de la mise en cause des principes les plus fondamentaux de notre République, et même d’exactions innombrables de groupes factieux. Nous ne laisserons pas l’extrême droite diviser la nation par sa politique de haine.
Ces élections européennes ont montré l’ampleur de la crise du capitalisme, à quel point les politiques européennes néolibérales au service du capital, l’austérité renforcée, ont alimenté la progression de l’extrême droite. Les électeurs et électrices ont décidé de sanctionner massivement Emmanuel Macron. Ces élections sont une nouvelle démonstration de la catastrophe démocratique en cours à laquelle ont conduit l’autoritarisme du pouvoir et une Vème République présidentialiste qui ne cesse de bafouer le Parlement et la démocratie sociale, les droits des citoyens et les libertés publiques.
Dans une telle situation, l’annonce par le Président de la République de la dissolution de l’Assemblée nationale place l’extrême droite aux portes du pouvoir.
Le Parti communiste français mesure avec une extrême gravité cette situation et appelle à un sursaut national, fort de son implication dans les grandes luttes progressistes de notre histoire pour des conquis sociaux et dans la résistance au fascisme.
Nous remercions les plus de 583 000 électeurs et électrices qui ont voté pour la liste « Gauche unie pour le monde du travail » conduite par Léon Deffontaines, les forces politiques qui ont animé avec nous ce rassemblement, les hommes et les femmes engagés dans les grandes luttes du monde du travail qui étaient candidats sur notre liste ou l’ont soutenu. Nous les appelons toutes et tous à poursuivre la mobilisation et à répondre avec nous à cette exigence d’un sursaut.
Le Parti communiste français appel à investir le nouveau front populaire initié ce soir par nos forces de gauche réunies.
2
Le PCF salue la déclaration intersyndicale de la CFDT, la CGT, l’UNSA, la FSU et Solidaires appelant à entendre les exigences sociales et les aspirations des travailleurs et travailleuses.
L’heure est venue d’empêcher l’extrême droite de faire main basse sur la France et de conquérir une majorité de gauche. Notre réponse doit être inédite.
Soyons à la hauteur du danger qui menace le pays, tirons toutes les leçons des raisons qui ont éloigné une partie de nos concitoyens de la gauche et agissons sans démarche hégémonique. Notre unité, pour réussir, doit être respectueuse de la diversité des différents partenaires. Pour être efficace elle doit porter un certain nombre de propositions précises ouvrant aux transformations nécessaires à une alternative à la politique d’E. Macron et du RN. Nous portons l’ambition que ces propositions allient objectifs sociaux, écologiques et émancipateurs, moyens financiers à la hauteur et des pouvoirs démocratiques nouveaux pour les mobiliser.
Avec un⸱e seul⸱e candidat⸱e à gauche par circonscription, faisons réélire tous les députés de gauche et écologistes et gagnons une majorité de gauche en faisant battre les candidats et candidates du Rassemblement national partout en France.
L’heure est à agir pour bâtir de nouveaux jours heureux répondant aux besoins populaires : permettre à nos concitoyens de vivre dignement de leur travail et ouvrir le chemin d’un nouveau mode de développement et de nouvelles conquêtes sociales et démocratiques ; stopper la spirale de la guerre en Ukraine et construire la paix et la sécurité collective en Europe et dans le monde, comme l’exige la situation à Gaza et dans les grands conflits en cours ; relever, dans la justice sociale, le défi de la lutte contre le réchauffement climatique.
Paris, le 10 juin 2024
Parti communiste français.

Declaration-Front-populaire

 

Un bateau pour Gaza

Parce que nous ne pouvons imaginer un monde sans justice sociale et sans Paix.

Communiqué du Mouvement de la Paix :

Bonjour à toutes et tous,

Sans doute êtes vous assommés comme moi par le résultat des élections et la dissolution de l’assemblée nationale qui laisse présager le pire peut-être pour notre pays.
Certes les sondages prévoyaient ce raz de marée du RN mais on pouvait espérer un sursaut des électeurs de gauche.
Surfant sur la misère du peuple qui se sent oublié et méprisé,  l’extrême droite, particulièrement aidée, voir secondée par les principaux médias, est parvenue à s’imposer dans pratiquement  toutes les régions , y compris la Bretagne.
Face aux dangers qui nous guettent , notre comité exprime avec force le rejet du racisme, de la xénophobie et des politiques anti-sociales que pourrait mettre en oeuvre le RN.
Le RN a su flatter  les électeurs, omettant la réalité de leurs votes antisociaux au parlement français comme au parlement européen.
Il est de notre responsabilité de citoyens d’alerter l’opinion publique sur la duplicité de l’extrême droite.
Seuls les idéaux de justice, de respect mutuel, de solidarité, de fraternité et d’amitiés entre les peuples permettront la réalisation concrète des aspirations des peuples et des droits humains ( économiques, sociaux, démocratiques, environnementaux, culturels et droit à la PAIX) en France et dans le monde.
J’en profite pour vous inviter au rassemblement prévu à Brest du 12 au 15 juin prochain pour célébrer l’arrivée du Bateau pour Gaza qui transporte des vivres et des médicaments pour nos frères gazaouis qui vivent en ce moment même un véritable enfer.
Ci-dessous, se trouve le programme et la très belle affiche réalisée par un jeune graphiste de Brest.
Petit changement: le bateau sera à Quai à la Marina, tout près du quai Malbert.

Le collectif brestois ” pour une paix juste au moyen orient ” dont fait partie notre comité s’est très investi dans l’organisation de cet évènement et espère voir beaucoup de militants attachés à la Paix  durant ces 3 jours.
Amitiés pacifistes
Noëlle Péoc’h

UN BATEAU POUR GAZA (le lieu a été changé à la demande du sous préfet : ce sera à la Marina non loin du quai Malbert)

Programme:- 12 juin: arrivée du bateau en fanfares et chorales à 18h30, quai Malbert ( ce sera à la Marina non loin du quai Malbert)

– 13 juin: chorales à 18h à la Marina .
Conférence du  Dr Pitti médecin ayant travailler à Gaza qui apportera son témoignage  à 20 h salle des syndicats , maison du peuple à Brest

– 14 juin : Forum 16-18h : discussions libres sur la situation en Palestine occupée. Concerts à la Marina 18-22h,

– 15 juin: départ du bateau,  en matinée,  depuis le port, le minou, à vos drapeaux !

 

Se loger à l’année en Pays Bigouden : une vraie galère

Les propositions de la section locale du Parti communiste

9 villes de la communauté de commune du Pays Bigouden Sud sur 12 sont classées en zone tendue. Louer, acheter, faire construire son logement devient de plus en plus difficile. Les jeunes et les habitants au revenu modeste sont les plus touchés. A titre d’information, dans le Pays Bigouden, la part locative du logement principal est de 20% dont seulement, en moyenne, 5% de logements sociaux. Il faut y ajouter la hausse du crédit, l’inflation, la concurrence entre les types de logement conduisant à une hausse des loyers et des coûts de construction et de réhabilitation.

Sur notre territoire les résidences secondaires représentent en moyenne 33% des logements. Dans une commune ce taux atteint 71%. Au cours des cinq dernières années, la hausse du nombre des résidences secondaires est en moyenne de 12,5%. Certains des logements sont loués via des plateformes numériques internationales, tel AirBnB. Alors que l’activité touristique est un des atouts du Pays Bigouden, les logiques anarchiques du marché immobilier sont à l’œuvre. Elles détruisent un équilibre fragile pénalisant ceux et celles qui y travaillent.

Pour nous, communistes, il devient urgent de rompre avec ces logiques de marché 

De nos collectivités locales nous voulons que : 

  • La majoration des taxes d’habitation sur les résidences secondaires dans les communes classées en « zone tendue » soit affectée à une politique sociale du logement favorisant l’activité économique.
  • Une politique de quotas sur le logement touristique soit définie en assurant le suivi et le contrôle des locations de courte durée ;
  • Soient soumises à la réflexion les nouvelles modalités d’hébergement alternatives à la location et la propriété : la colocation, les habitats légers, les baux solidaires réels… ;
  • Les Plans locaux d’urbanisme intercommunaux valant programme de l’habitat (PLUI-H) associent au cours de leur élaboration les citoyens et citoyennes ;
  • La disponibilité de logements d’urgence soit une priorité de nos communes.

De l’Etat et de l’Europe nous voulons que soient soutenus :

  • La maîtrise publique du foncier et la construction de logements locatifs publics, accessibles aux jeunes et aux habitants aux revenus les plus modestes en rejetant le traité européen fixant les contraintes budgétaires des Etats (déficit et dette publics) ;
  • L’encadrement des plateformes internationales d’hébergements de courtes durées ;
  • Le renforcement de la loi SRU en conjuguant transition écologique et justice sociale en respectant l’objectif « Zéro artificialisation nette » (ZAN).
  • Les propositions de la Fondation Abbé Pierre sont une piste à prendre en compte.

__________________________

Ouest-France  Publié le 22/05/2024 à 07h30

Face à la crise du logement en Pays bigouden, le Parti communiste alerte

À l’approche de la saison estivale dans le Pays bigouden (Finistère), les membres de la section locale du Parti communiste tirent une sonnette d’alarme, face à la crise du logement.

Laurent Cooper, Maryse Rousseau, Gérard Bal, Yves Peuziat-Beaumont, membres du comité de section du PCF.

« Sur le territoire bigouden, les résidences secondaires, c’est 33 % des logements, et 71 % dans l’une des communes littorales, l’Île-Tudy ! Nombre de logements sont loués via la plateforme Airbnb. Les logiques anarchiques du marché immobilier détruisent un équilibre, fragilisant celles et ceux qui y travaillent. Dans le même temps, la part locative du logement principal est de 20 %, dont seulement 5 % de logements sociaux, ce à quoi, il faut ajouter la hausse du crédit et l’inflation », dénonce Maryse Rousseau, secrétaire de la section locale du PCF (Parti communiste français). Pour les communistes, il est donc urgent de rompre avec ces logiques de marché.

« Une politique de quotas sur le logement touristique »

« Nous demandons que la majoration des taxes d’habitation sur les résidences secondaires dans les communes classées en zone tendues soit affectée à une politique sociale du logement. Une politique de quotas sur le logement touristique doit être définie en assurant le suivi et le contrôle des locations de courte durée. D’autres pistes doivent aussi être soumises à réflexion, notamment les nouvelles modalités alternatives d’hébergement, colocation, habitats légers, baux solidaires réels. »

Les responsables locaux du Parti communiste souhaiteraient également que la disponibilité de logements d’urgence soit une priorité des communes du territoire et posent une question : « Quand les plans d’urbanisme intercommunaux valant programme de l’habitat associeront au cours de leur élaboration les citoyennes et citoyens ? »

__________________________

Le Télégramme – 22 mai 2024

Au moment où la proposition de loi « visant à remédier aux déséquilibres du marché locatif », portée par Annaïg Le Meur, députée Renaissance du Finistère est discutée au Sénat, la section du Parti communiste français (PCF) du Pays bigouden alerte sur la situation du logement, très préoccupante dans le territoire. « Neuf villes de la communauté de communes du Pays bigouden sud sur douze sont classées en zone tendue. Louer, acheter, faire construire son logement devient de plus en plus difficile. Les jeunes et les habitants aux revenus modestes sont les plus touchés », alertent les membres du PCF. Et de pointer le fait que la part locative du logement principal est de 20 %, dont seulement 5 % de logements sociaux. A contrario, le nombre de résidences secondaires (33 % des logements en moyenne et jusqu’à 71 % à l’Île-Tudy) ne cesse d’augmenter. La hausse a été d’environ 12,5 % sur les cinq dernières années.

« Les jeunes n’arrivent plus à prendre leur autonomie »

« Beaucoup de jeunes reviennent vivre chez leurs parents. Ils n’arrivent plus à prendre leur autonomie alors que c’est qui forge un parcours de vie. D’autres vivent à 50 ou 60 km de leur lieu de travail. Il faut trouver des solutions rapidement », émet Maryse Rousseau, secrétaire de la section. Les élus de la communauté de communes du Pays bigouden sud (CCPBS) ont fait de l’habitat un des enjeux majeurs du PLUi-H (plan local d’urbanisme intercommunal et d’habitat), mais le PCF souhaite que les citoyens soient associés à son élaboration en cours. D’autres propositions sont formulées par le parti. Tout d’abord, la majoration des taxes d’habitation sur les résidences secondaires dans les communes classées en zone tendue « devrait être affectée à une politique sociale du logement ». Il milite également pour une politique de quotas sur le logement touristique et un contrôle des locations de courte durée.

Des solutions alternatives à trouver

Des modalités de logement alternatives à la location et à la propriété (colocation, habitats légers, baux solidaires…) « doivent aussi être développées ». Quant aux logements d’urgence, dont le nombre s’avère insuffisant, « cela doit une priorité pour les communes ».

Et alors que l’échéance des élections européennes approche, ils font de l’habitat une question centrale. Ils demandent ainsi à l’État et à l’Europe de soutenir une politique de maîtrise du foncier et de construction de logements locatifs publics, accessibles aux jeunes et aux plus modestes, « en rejetant le traité européen fixant des contraintes budgétaires des États, de renforcer la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) et d’encadrer les plateformes internationales d’hébergement de courtes durées ».

Conférence jeudi 16 mai à 18h, Quimper

Parce que l’horreur des massacres de masse en Israël doit cesser, nous vous invitons à une conférence :
                                                      le jeudi 16 mai, à 18h, Halles St-François, Quimper
                                         avec le professeur Le Nen, chirurgien humanitaire brestois.
APPEL NATIONAL DU PCF (7 mai 2024)
Le gouvernement d’extrême-droite de Netanyahou a entrepris d’intensifier ses bombardements sur Rafah et d’intervenir militairement dans cette ville, quelques heures à peine après l’accord du Hamas sur un possible cessez-le-feu. Il a donc fait le choix criminel de franchir une nouvelle étape dans l’horreur des massacres de masse alors que plus de 1,5 million de Palestiniens, exposés à la famine, sont enfermés dans cette enclave. Il a également choisi délibérément de piétiner les espoirs d’un cessez-le-feu et de la libération des otages.
L’Union européenne et les États-Unis portent également une lourde responsabilité. Leur absence de réaction les rend complices de ces crimes de guerre.
La prise de contrôle du point de passage de Rafah, seul lieu d’entrée de l’aide alimentaire, bafoue l’arrêt de la Cour internationale de justice qui enjoignait le gouvernement israélien d’arrêter les opérations conduisant à un « risque génocidaire ». Elle aggrave les menaces d’un embrasement généralisé du Proche-Orient.
Le PCF exprime sa solidarité envers les victimes civiles palestiniennes de cette nouvelle offensive, ainsi qu’avec les forces israéliennes porteuses de la voix de la paix et de la libération des otages.
Le PCF exige que la France prenne enfin des initiatives concrètes pour contraindre le gouvernement israélien à arrêter le bain de sang et à accepter un cessez-le-feu immédiat et permanent et permettre la libération des otages comme des prisonniers palestiniens. L’heure est aux sanctions contre le gouvernement de criminels de guerre de Netanyahou.
  • Suspension de l’accord d’association UE-Israël.
  • Arrêt de la livraison d’armes, de munitions, de composants militaires et de toute coopération militaire.
  • Rappel de l’ambassadeur de France à Tel-Aviv pour consultations.
  • Traduction de Benjamin Netanyahou et de son gouvernement devant la justice internationale.
Si la Cour pénale internationale émet un mandat d’arrêt contre eux, la France devra faire tout son possible pour qu’il soit appliqué.
Alors que le peuple palestinien endure l’un des plus grands massacres de son histoire, il devient urgent que la France reconnaisse immédiatement l’État de Palestine, sur la base des frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale, aux côtés de l’État d’Israël.

Soirée-débat du samedi 27 04 2024

Reprenons la main sur la pêche artisanale

Propos liminaires

Pourquoi ce débat

D’abord la situation préoccupante de la pêche artisanale, des ports, des criées touchant de plein fouet notre territoire intéresse et questionne les communistes bigoudens.

Ensuite, l’opportunité de la campagne des élections européennes qui nous offre une véritable occasion de mettre en valeur cette problématique.

En effet, nous estimons qu’il n’y a pas de fatalité aux difficultés que rencontre la filière, c’est le résultat de choix politiques bien pesés à l’échelle européenne, nationale et déclinés localement.

Quelques illustrations :

. En vertu du principe de concurrence libre et non faussée du traité de Lisbonne, un Etat ne peut venir en aide à un secteur d’activité économique donné, cela vaut pour le gasoil comme pour le renouvellement de la flottille.

. La règle européenne concernant les droits de pêche au travers de l’article 17 relatif à la PCP qui stipule que les Etats membres doivent utiliser des critères à caractère environnemental, social et économique. Cet article n’est pas appliqué puisque c’est toujours le principe des antériorités qui est retenu.

. L’opacité manifeste et entretenue au sein de la Commission européenne lors de l’attribution des quotas.

Pour au moins ces raisons les communistes aspirent à changer les règles qui régissent cette Europe.

C’est pourquoi nous appelons à reprendre la main sur nos vies et sur la pêche artisanale en particulier, à l’instar de L’Interpro de Loctudy et de L’Association Demain St Gué.

Cette reprise en main par les professionnels de la mer est essentielle car il y a carence en la matière.

Les marins n’ont plus le sentiment d’être représentés par leur instance légitime qu’est le CNPMEM. La démocratie et la gouvernance en leur sein posent question, la suppression des Comités Locaux pèse, ils avaient l’avantage d’être proches des marins et relativement autonomes.

L’objectif de notre soirée :

. Informer la population, déconstruire certains schémas de pensée, comme par exemple les bateaux de plus de 12m qui représenteraient la pêche industrielle ou le chalutage pratiqué sur nos côtes depuis plus de 80 ans supposé détruire la ressource et les habitats marins.

Contrairement à ces idées reçues, nous pensons que la pêche au chalut pratiquée de façon raisonnée nuit moins à la ressource que ne le font les pollutions terrestres, la pêche industrielle, le réchauffement climatique et l’acidification des océans.

. Créer, construire de l’intelligence collective, en lien avec les scientifiques, éviter les clivages et construire du commun dans l’intérêt général.

Les solutions existent, elles sont politiques.

La ressource, la biomasse et les écosystèmes se portent mieux, il faut poursuivre les efforts engagés. Maintenant, il faut appréhender sérieusement la décarbonation, dégager les dispositifs financiers nécessaires à la recherche, penser le renouvellement de la flottille, des équipages, valoriser les métiers de la mer en s’appuyant sur la feuille de route halieutique de la région Bretagne.

Mais cet ensemble de propositions, de mesures resterait vain si les pollutions terrestres n’étaient pas progressivement solutionnées, car l’impact sur la qualité du plancton, dont dépend toutes les pêcheries est conséquent. Le plancton étant à l’origine de toute la chaîne alimentaire.

Pierre Mollo, dans un premier temps nous aidera à comprendre comment et pourquoi notre avenir alimentaire et celui de la filière sont en jeu dans les combats qui se jouent aussi à terre contre les pollutions.

Ensuite interviendront successivement Taran Marec sur l’accès à une bonne alimentation, Amar Bellal qui fera le lien entre l’environnement, les problématiques halieutiques et le positionnement politique du PC, suivront les professionnels de l’Interpro de Loctudy et de l’Association Demain St Gué.

Et maintenant, place au film documentaire : Le voyage d’une goutte d’eau.

Louis GUIRRIEC