Non à la retraite Macron-Borne. Manifestation jeudi 19 à 10h30 à Quimper

Partager

Pour nos retraites mobilisons-nous toutes et tous jeudi 19 janvier !

Alors que les difficultés de la vie quotidienne s’aggravent pour le plus grand nombre, que plus d’un salarié sur deux n’est déjà plus en activité entre 55 et 64 ans, Macron veut imposer contre la volonté majoritaire du pays le recul de l’âge de la retraite à 64 ans et l’allongement de la durée de cotisation à 43 ans, et du même coup la baisse des pensions pour celles et ceux qui ne pourront pas y arriver.

Les premières victimes seront les ouvriers, les employés, ceux qui exercent les métiers les plus pénibles, qui ont commencé à travailler tôt, les femmes, aux carrières incomplètes et aux salaires inférieurs, les jeunes, les précaires.

30 % des travailleurs pauvres meurent avant 64 ans.

L’espérance de vie en bonne santé dans notre pays est inférieure à 64 ans pour les hommes, légèrement supérieure pour les femmes, nous ne sommes qu’au 7ème rang des pays européens, et la dégradation des conditions de vie et de travail, la précarité, pèsent de plus en plus sur la santé.

Ce sont les plus belles années à la retraite, celles en bonne santé, qui sont frontalement attaquées.

Comme le disait le père de la Sécurité sociale, Ambroise Croizat, dirigeant de la CGT et ministre communiste à la Libération, « La retraite ne doit pas être l’antichambre de la mort. »

Ce projet brutal est inacceptable et doit être retiré.

C’est une entreprise de démantèlement de notre protection sociale, en rupture avec l’esprit de solidarité.

D’autres choix sont possibles, garantissant à chacun-e une bonne retraite.

Ce qui mine notre société, c’est le coût du capital, la rente prélevée sur nos vies par la finance.

La voie du progrès c’est la création d’emplois, l’augmentation des salaires, la formation.

Le PCF propose le droit à la retraite à 60 ans avec une pension à taux plein garantie pour une carrière complète allant de 18 à 60 ans, incluant la prise en charge des cotisations pour les périodes de non-travail (chômage, formation, études supérieures, congé parental, maladie, invalidité…).

Ce projet alternatif est juste, il tient compte de la pénibilité, des carrières longues, et il est financé.

Nous proposons de faire cotiser les revenus financiers des entreprises, de moduler les cotisations patronales pour peser sur les politiques salariales, d’imposer l’égalité des salaires femmes-hommes, d’augmenter les salaires plutôt que de verser des primes, de donner de nouveaux pouvoirs aux salarié-e-s dans les entreprises.

Le parti communiste, avec les autres forces de gauche et écologistes, les forces sociales et citoyennes, appelle à la mobilisation contre le projet de recul social du président.

Un large front syndical uni et déterminé s’est constitué pour mettre en échec le coup de force de Macron et a décidé une première grande journée de grève et de manifestations le 19 janvier.

Les communistes du pays bigouden invitent toutes et tous à répondre à l’appel des syndicats et à se rassembler en grand nombre jeudi 19 janvier à 10h30 place de la Résistance à Quimper.