Hommage à notre camarade Yves Le Bohec

Partager

Mesdames , Messieurs, chers Amis et Camarades,
Aujourd’hui sa famille, ses amis, ses voisins ses camarades sont tristes,,,,
Yves s’en est allé, Yvon pour nombre d’entre nous.
Yves voyait le jour le 30 septembre 1936 dans une famille communiste originaire de Lesconil vivant à St Nazaire : c’est l’année du Front Populaire….
Quelques années plus tard, c’est la guerre en France, l’exode, la famille se trouve éclatée ,Yves sera hébergé chez ses grands parents en Brière.
A la libération ,il retrouvera ses parents, ils s’installeront à Paris, il y fera sa scolarité et obtiendra avec succès son diplôme de chaudronnier, qui lui permettra de rentrer chez
Alsthom comme ouvrier qualifié, en 1953.
Il a 17 ans et adhère à la CGT, chemin faisant 2 ans plus tard, il prendra sa carte au Parti Communiste Français dans cette même entreprise en 1955.
Durant l’année 1956 ,éclate la guerre d’Algérie , Yves fait partie des appelés du contingent bien qu’un heureux évènement soit attendu la naissance de Gaelle.
Il sera contraint, la guerre se prolongeant de rester sous les drapeaux . Tout au long de son service militaire et de son incorporation il recevra des colis de solidarité de la part de ses camarades de travail.
En 1959 il sera libéré : ses convictions sont intactes.
A son retour lui prend l’idée de quitter Alsthom il souhaite rentrer à la régie des transports parisiens, la RATP, dans les ateliers Croix Nivert plus proches de chez lui à PARIS XVéme Chose dite chose faite

Seulement voilà la direction RATP ne l’entend pas ainsi….
Elle lui propose un poste au dépot d’autobus à l’autre bout de Paris,Il commencera comme receveur. En 1966 il sera reçu à l’examen d’agent de maitrise et parcourera les rues de la capitale dans les autobus, comme régulateur sur les lignes 29 et 56 un peu la Bretagne comme il se plaisait à dire…
Militant politique et syndical en 1962 il participera avec des milliers de travailleurs à la grande manifestation à Paris pour la paix en Algerie et contre l’armée secrète de l’OAS, le 8 Fevrier 1962, la répression fut féroce : 9 personnes y trouvèrent la mort, Boulevard de Charonne à la station de métro parisien.
C’est à Champigny en banlieue de Paris là ou il habite, toujours inlassable qu’Yves consacrera du temps personnel à la lutte contre la hausse des loyers avec les locataires et la CNL.
Yves aura eu un parcours de vie chargé d’histoire….
Puisqu’il participe à la grève de 1968 qui à permis aux travailleuses et travailleurs d’obtenir
-la hausse du SMIG de 35 %
-l’augmentation du salaire moyen de 10 %
-ainsi que la réduction progressive du temps de travail
hebdomadaire de 48 h à 40h
A 50 ans l’heure de la retraite sonne, pour le roulant de la RATP, Il demande à faire valoir ses droits, déjà à cette époque la direction RATP lui propose de travailler 3 ans de plus pour un grade de cadre. NON dit -il place aux jeunes !
Le voilà en retraite

IL se souvient, tout petit avoir entendu son grand-père Youen Charlot, lui parler de Lesconil, de son histoire de la pèche, des marins.
Entre temps ses parents sont venus s’installer rue Jean Jaures à Lesconil.
Alors c’est à leur tour avec Simone d’y venir habiter à Keralouet, toujours battant, Yves sera candidat et élu communiste sur la liste de gauche aux élections municipales de Lesconil de 1989 à 1995 .
Atteint par cette terrible maladie, contre laquelle il se bat vaillamment ,il mettra un frein à ses nombreuses activités y compris sportives car je me suis laissé dire qu’il était ceinture noire de judo.
Yves aimait Lesconil, la mer, la pêche, ce qui l’a conduit à adhérer au syndicat CGT des marins pécheurs une fois à la retraite.
Pendant tout ce temps il aura profité du bord de mer sur son canot à la recherche de quelques godailles et autres bonnes choses, jusqu’à ces derniers temps ,en compagnie de son fils Yannick.
Bon vent Yves.
Au revoir camarade……
nous allons poursuivre ton chemin pour plus de justice sociale .
A toi Simone à tes enfants , petits enfants ainsi qu’a votre famille , au nom de la cellule Alain Le Lay du Parti Communiste Français je vous présente mes plus sincères condoléances.