Conseil départemental du Finistère, 21 octobre 2021 : Intervention d’Ismaël Dupont

La sensibilité communiste est représentée par 3 élus au Conseil Départemental du Finistère, membres du groupe d’union de la gauche Finistère & Solidaires : Jacqueline Héré, Isabelle Maugeais, qui est intervenue le 21 octobre sur la dotation aux collèges, et Ismaël Dupont

Interventions d’Ismaël Dupont au conseil départemental du Finistère du 21 octobre 2021:

1ère intervention :

” Reconnaître la mobilisation des professionnels de l’aide et l’accompagnement à domicile présents sur le terrain pendant la crise sanitaire, ces fameux premiers de corvée, revaloriser leurs rémunérations, rendre ces métiers de l’aide et de l’accompagnement a domicile plus attractifs, mieux payés, mieux formés, c’est un impératif bien sûr.

Mais qui paye, pourquoi, et sur quels principes?

Comment veut-on structurer le secteur de l’aide à domicile? Quel modèle privilégie t-on?

Comment engageons-nous l’état à assurer ses obligations de service public, de santé? Car pour nous la perte d’autonomie est une question de santé publique, qui doit engager une politique de solidarité et de service public beaucoup plus ambitieuse.

Or, à ce titre, le nouvel abandon de la loi grand âge, ou de la grande loi tant attendue sur le droit à l’autonomie des personnes âgées, annoncé en catimini le 8 septembre dernier, est une catastrophe pour les personnes âgées, les professionnels, les associations et employeurs, les familles.

En cohérence avec le choix de soutenir en priorité les structures d’aide à domicile à but non lucratif avec lesquelles des partenariats forts existent, les élus du groupe Finistère et Solidaires s’abstiendront.

L’ancienne majorité a apporté un soutien matériel fort à tous les Saad pendant la crise sanitaire, y compris aux Saad privés à but lucratif (masques, blouses de protection, etc).

Mais dans ce contexte budgétaire contraint, il y a eu le choix de concentrer l’accompagnement au versement d’une prime sur les structures d’aide à domicile avec lesquelles le conseil départemental à des relations contractuelles, contribuant à l’intérêt général, avec des contrats d’objectifs et de moyens, des structures que l’on tarifie et qui n’ont pas de but lucratif, des structures habilitées à l’aide sociale.

La majorité de gauche avait voté 2 millions d’euros de primes covid pour le secteur de l’accompagnement, et 1 million d’euros pour les assistants familiaux, dans le contexte de la crise sanitaire.

L’Alliance avait voté pour la délibération, sans regretter l’absence de soutien aux services d’aide à domicile lucratifs avant de s’en émouvoir dans la presse.

Pour mémoire, le conseil départemental finance l’APA mais n’est ni employeur, ni réellement compétent (avec des moyens et compensations budgétaires qui vont avec) dans ce secteur contrairement au secteur de la protection de l’enfance.

Les Saad privés à but lucratif sont des structures qu’on ne tarifie pas et n’ont pas l’obligation de verser une prime sur leurs fonds propres”.

2e intervention au conseil départemental du Finistère ce 21 octobre 2021, à propos de l’autorisation du projet de résidence “âge et vie” et du discours du président sur l’encouragement au développement des résidences seniors privées à but lucratif:

“C’est sûr que ces projets peuvent être utiles pour des communes rurales, et tentants pour les collectivités en général, car portés financièrement par des groupes privés.

Ayons toutefois une vigilance par rapport à la manière dont des banques, des sociétés d’assurance, veulent se situer sur le marché de l’or gris, en étant parfois très pressants vis-à-vis des collectivités, proposant des projets clef en main, vendus sur de belles plaquettes de communication, réhabilitant parfois à bon compte pour les collectivités des bâtiments dégradés ou à l’abandon.

Les résidences seniors qui ne sont pas médicalisées ont des coûts plancher mensuels élevés, même sans les prestations optionnelles, hors de portée de la plupart des retraités.

L’engouement pour les résidences seniors est à pondérer car de nombreux appartements sont achetés pour faire de la défiscalisation, ou loués pour des séjours de vacances…

L’important c’est le type de maîtrise publique et d’objectifs sociaux que l’on veut prioritairement valoriser dans le secteur de la perte d’autonomie et du vieillissement”.

Conseil départemental du Finistère – 21 octobre 2021.
Ma 3eme intervention dans le débat:

” Sur les communications du président dans la presse sur les actions départementales avant la présentation aux élus des délibérations, le débat dans les assemblées et commissions, le vote, sur laquelle notre collègue Corinne Nicole exprimait ses regrets, cela s’inscrit dans les dérives de l’hyper-presidentialisation inscrites dans les logiques et les institutions de la 5e République et accentuées encore par l’actuel président de la République, qui se prétend jupitérien.
Les Finisteriens ne veulent pas d’un président jupitérien.
Il faut respecter l’assemblée élue, représentante de la diversité politique et des cantons finistériens. Sur les aides aux associations sportives, je regrette qu’elles soient indifférenciées, non conditionnées, indistinctes, basées simplement sur la proportion du nombre d’adhérents aux associations.
Il est évidemment très important de soutenir le secteur sportif dans le contexte de crise sanitaire et pour son rôle social, de santé, d’éducation.
Mais on sait tous que les situations des associations sportives vivent dans le contexte du covid des situations très contrastées, en fonction de leurs contraintes (salariés ou non, événements extérieurs annulés à cause du Covid, ou non, perte d’adhérents ou de pratiquants, activités ou non pendant la période du Covid).
Certaines ont même demandé la baisse de leurs subventions municipales, considérant qu’elles avaient eu moins de charges de fonctionnement.
Le vrai enjeu pour moi, c’est l’accès universel et généralisé à tous aux sports, l’accès démocratisé à tous les sports, notamment pour les jeunes issus des classes populaires et des milieux défavorisés.
Il est inacceptable aujourd’hui que des enfants ne puissent accéder à des licences et des adhésions sportives, à des chaussures, à des vêtements de sport, des équipements personnels obligatoires, faute de moyens financiers. C’est à mon avis sur ce plan qu’il aurait fallu mettre en place une politique volontariste et réfléchie, préparée d’accessibilité aux sports pour tous.
Or, là, on a pas de garantie que les hausses de subventions aux associations sportives se traduisent pour les usagers, du moins dans une baisse du coût des activités sportives pour eux. Et pourtant l’enjeu est essentiel en terme de formation de la personnalité, de bien-être, de santé publique, de lien et de cohésion sociale.”

4ème intervention d’Ismaël Dupont:

“Touchant l’éthique politique, je voudrais appeler Monsieur Le Doaré et l’ensemble des élus de la nouvelle majorité à un peu plus d’humilité et moins de forfanterie, un peu plus de prudence aussi dans les déclarations budgétaires. La situation budgétaire de la collectivité est relativement bonne actuellement. On le doit à l’ancienne majorité. Quand l’audit financier annonce une augmentation des charges de 100 millions d’euros à périmètre d’intervention constant à la fin du mandat, et que vous promettez, Monsieur le Président, 40 millions d’euros d’économie par an, on voit mal, même avec les exemples de mesures d’économie que vous donnez, dont certaines posent question et ne passeront pas comme des lettres à la poste, comment l’addition de ces mesures pourraient produire autant de baisses de dépenses. Donc, travaillons sérieusement, collectivement, et cessons les rodomontades et le discours clivant de campagne électoral”.

Les 3 élus de sensibilité communiste du groupe Finistère & Solidaires: Isabelle Maugeais, Jacqueline Héré, Ismaël Dupont

 

Partager