Hommage à Jean Le Brun samedi 29 juin au Guilvinec

A l’initiative de la mairie du Guilvinec une plaque en hommage à Jean Le Brun sera inaugurée samedi 29 juin à17h devant l’école Jean Le Brun, rue du château, au Guilvinec.
En lien ci-dessous une biographie de Jean Le Brun, résistant, déporté par les nazis, ancien maire communiste du Guilvinec
Sur le site de l’histoire de la Résistance en Pays Bigouden “bigouden1944” :
NB : en raison de la campagne électorale aucun discours ne sera prononcé ce jour-là.

Déclaration du conseil national du PCF

POUR CONSTRUIRE L’ALTERNATIVE A MACRON ET AU RASSEMBLEMENT NATIONAL
LE PCF APPEL A INVESTIR LE NOUVEAU FRONT POPULAIRE

(Adoptée à 97 POUR 1 ABSTENTION)
*
Au lendemain des élections européennes, l’Europe et la France se retrouvent devant un défi historique.
Dans de nombreux pays de l’Union européenne, l’extrême droite arrive en tête ou en seconde position et obtiendrait près de 200 élu⸱es, pesant ainsi plus fortement que jamais au Parlement européen. Les plus fortes progressions sont enregistrées en France par le Rassemblement national, en Italie par Fratelli d’Italia, au Pays-Bas par le PVV et en Allemagne par l’AFD. Cette progression des forces d’extrême droite est d’autant plus dangereuse qu’elle s’oppose frontalement aux immenses défis à relever sur le continent européen et aux réponses émancipatrices à y apporter.
En France, l’extrême droite, avec 36,93% des suffrages, obtient un résultat sans précédent dans notre histoire. À lui seul, le Rassemblement national totalise 31,47% des voix et arrive en tête dans tous les départements du pays à l’exception de quatre d’entre-eux. Cette progression funeste s’accompagne d’ores et déjà d’une montée de la xénophobie, du racisme et de l’antisémitisme, de la multiplication des discriminations, de la mise en cause des principes les plus fondamentaux de notre République, et même d’exactions innombrables de groupes factieux. Nous ne laisserons pas l’extrême droite diviser la nation par sa politique de haine.
Ces élections européennes ont montré l’ampleur de la crise du capitalisme, à quel point les politiques européennes néolibérales au service du capital, l’austérité renforcée, ont alimenté la progression de l’extrême droite. Les électeurs et électrices ont décidé de sanctionner massivement Emmanuel Macron. Ces élections sont une nouvelle démonstration de la catastrophe démocratique en cours à laquelle ont conduit l’autoritarisme du pouvoir et une Vème République présidentialiste qui ne cesse de bafouer le Parlement et la démocratie sociale, les droits des citoyens et les libertés publiques.
Dans une telle situation, l’annonce par le Président de la République de la dissolution de l’Assemblée nationale place l’extrême droite aux portes du pouvoir.
Le Parti communiste français mesure avec une extrême gravité cette situation et appelle à un sursaut national, fort de son implication dans les grandes luttes progressistes de notre histoire pour des conquis sociaux et dans la résistance au fascisme.
Nous remercions les plus de 583 000 électeurs et électrices qui ont voté pour la liste « Gauche unie pour le monde du travail » conduite par Léon Deffontaines, les forces politiques qui ont animé avec nous ce rassemblement, les hommes et les femmes engagés dans les grandes luttes du monde du travail qui étaient candidats sur notre liste ou l’ont soutenu. Nous les appelons toutes et tous à poursuivre la mobilisation et à répondre avec nous à cette exigence d’un sursaut.
Le Parti communiste français appel à investir le nouveau front populaire initié ce soir par nos forces de gauche réunies.
2
Le PCF salue la déclaration intersyndicale de la CFDT, la CGT, l’UNSA, la FSU et Solidaires appelant à entendre les exigences sociales et les aspirations des travailleurs et travailleuses.
L’heure est venue d’empêcher l’extrême droite de faire main basse sur la France et de conquérir une majorité de gauche. Notre réponse doit être inédite.
Soyons à la hauteur du danger qui menace le pays, tirons toutes les leçons des raisons qui ont éloigné une partie de nos concitoyens de la gauche et agissons sans démarche hégémonique. Notre unité, pour réussir, doit être respectueuse de la diversité des différents partenaires. Pour être efficace elle doit porter un certain nombre de propositions précises ouvrant aux transformations nécessaires à une alternative à la politique d’E. Macron et du RN. Nous portons l’ambition que ces propositions allient objectifs sociaux, écologiques et émancipateurs, moyens financiers à la hauteur et des pouvoirs démocratiques nouveaux pour les mobiliser.
Avec un⸱e seul⸱e candidat⸱e à gauche par circonscription, faisons réélire tous les députés de gauche et écologistes et gagnons une majorité de gauche en faisant battre les candidats et candidates du Rassemblement national partout en France.
L’heure est à agir pour bâtir de nouveaux jours heureux répondant aux besoins populaires : permettre à nos concitoyens de vivre dignement de leur travail et ouvrir le chemin d’un nouveau mode de développement et de nouvelles conquêtes sociales et démocratiques ; stopper la spirale de la guerre en Ukraine et construire la paix et la sécurité collective en Europe et dans le monde, comme l’exige la situation à Gaza et dans les grands conflits en cours ; relever, dans la justice sociale, le défi de la lutte contre le réchauffement climatique.
Paris, le 10 juin 2024
Parti communiste français.

Declaration-Front-populaire

 

Se loger à l’année en Pays Bigouden : une vraie galère

Les propositions de la section locale du Parti communiste

9 villes de la communauté de commune du Pays Bigouden Sud sur 12 sont classées en zone tendue. Louer, acheter, faire construire son logement devient de plus en plus difficile. Les jeunes et les habitants au revenu modeste sont les plus touchés. A titre d’information, dans le Pays Bigouden, la part locative du logement principal est de 20% dont seulement, en moyenne, 5% de logements sociaux. Il faut y ajouter la hausse du crédit, l’inflation, la concurrence entre les types de logement conduisant à une hausse des loyers et des coûts de construction et de réhabilitation.

Sur notre territoire les résidences secondaires représentent en moyenne 33% des logements. Dans une commune ce taux atteint 71%. Au cours des cinq dernières années, la hausse du nombre des résidences secondaires est en moyenne de 12,5%. Certains des logements sont loués via des plateformes numériques internationales, tel AirBnB. Alors que l’activité touristique est un des atouts du Pays Bigouden, les logiques anarchiques du marché immobilier sont à l’œuvre. Elles détruisent un équilibre fragile pénalisant ceux et celles qui y travaillent.

Pour nous, communistes, il devient urgent de rompre avec ces logiques de marché 

De nos collectivités locales nous voulons que : 

  • La majoration des taxes d’habitation sur les résidences secondaires dans les communes classées en « zone tendue » soit affectée à une politique sociale du logement favorisant l’activité économique.
  • Une politique de quotas sur le logement touristique soit définie en assurant le suivi et le contrôle des locations de courte durée ;
  • Soient soumises à la réflexion les nouvelles modalités d’hébergement alternatives à la location et la propriété : la colocation, les habitats légers, les baux solidaires réels… ;
  • Les Plans locaux d’urbanisme intercommunaux valant programme de l’habitat (PLUI-H) associent au cours de leur élaboration les citoyens et citoyennes ;
  • La disponibilité de logements d’urgence soit une priorité de nos communes.

De l’Etat et de l’Europe nous voulons que soient soutenus :

  • La maîtrise publique du foncier et la construction de logements locatifs publics, accessibles aux jeunes et aux habitants aux revenus les plus modestes en rejetant le traité européen fixant les contraintes budgétaires des Etats (déficit et dette publics) ;
  • L’encadrement des plateformes internationales d’hébergements de courtes durées ;
  • Le renforcement de la loi SRU en conjuguant transition écologique et justice sociale en respectant l’objectif « Zéro artificialisation nette » (ZAN).
  • Les propositions de la Fondation Abbé Pierre sont une piste à prendre en compte.

__________________________

Ouest-France  Publié le 22/05/2024 à 07h30

Face à la crise du logement en Pays bigouden, le Parti communiste alerte

À l’approche de la saison estivale dans le Pays bigouden (Finistère), les membres de la section locale du Parti communiste tirent une sonnette d’alarme, face à la crise du logement.

Laurent Cooper, Maryse Rousseau, Gérard Bal, Yves Peuziat-Beaumont, membres du comité de section du PCF.

« Sur le territoire bigouden, les résidences secondaires, c’est 33 % des logements, et 71 % dans l’une des communes littorales, l’Île-Tudy ! Nombre de logements sont loués via la plateforme Airbnb. Les logiques anarchiques du marché immobilier détruisent un équilibre, fragilisant celles et ceux qui y travaillent. Dans le même temps, la part locative du logement principal est de 20 %, dont seulement 5 % de logements sociaux, ce à quoi, il faut ajouter la hausse du crédit et l’inflation », dénonce Maryse Rousseau, secrétaire de la section locale du PCF (Parti communiste français). Pour les communistes, il est donc urgent de rompre avec ces logiques de marché.

« Une politique de quotas sur le logement touristique »

« Nous demandons que la majoration des taxes d’habitation sur les résidences secondaires dans les communes classées en zone tendues soit affectée à une politique sociale du logement. Une politique de quotas sur le logement touristique doit être définie en assurant le suivi et le contrôle des locations de courte durée. D’autres pistes doivent aussi être soumises à réflexion, notamment les nouvelles modalités alternatives d’hébergement, colocation, habitats légers, baux solidaires réels. »

Les responsables locaux du Parti communiste souhaiteraient également que la disponibilité de logements d’urgence soit une priorité des communes du territoire et posent une question : « Quand les plans d’urbanisme intercommunaux valant programme de l’habitat associeront au cours de leur élaboration les citoyennes et citoyens ? »

__________________________

Le Télégramme – 22 mai 2024

Au moment où la proposition de loi « visant à remédier aux déséquilibres du marché locatif », portée par Annaïg Le Meur, députée Renaissance du Finistère est discutée au Sénat, la section du Parti communiste français (PCF) du Pays bigouden alerte sur la situation du logement, très préoccupante dans le territoire. « Neuf villes de la communauté de communes du Pays bigouden sud sur douze sont classées en zone tendue. Louer, acheter, faire construire son logement devient de plus en plus difficile. Les jeunes et les habitants aux revenus modestes sont les plus touchés », alertent les membres du PCF. Et de pointer le fait que la part locative du logement principal est de 20 %, dont seulement 5 % de logements sociaux. A contrario, le nombre de résidences secondaires (33 % des logements en moyenne et jusqu’à 71 % à l’Île-Tudy) ne cesse d’augmenter. La hausse a été d’environ 12,5 % sur les cinq dernières années.

« Les jeunes n’arrivent plus à prendre leur autonomie »

« Beaucoup de jeunes reviennent vivre chez leurs parents. Ils n’arrivent plus à prendre leur autonomie alors que c’est qui forge un parcours de vie. D’autres vivent à 50 ou 60 km de leur lieu de travail. Il faut trouver des solutions rapidement », émet Maryse Rousseau, secrétaire de la section. Les élus de la communauté de communes du Pays bigouden sud (CCPBS) ont fait de l’habitat un des enjeux majeurs du PLUi-H (plan local d’urbanisme intercommunal et d’habitat), mais le PCF souhaite que les citoyens soient associés à son élaboration en cours. D’autres propositions sont formulées par le parti. Tout d’abord, la majoration des taxes d’habitation sur les résidences secondaires dans les communes classées en zone tendue « devrait être affectée à une politique sociale du logement ». Il milite également pour une politique de quotas sur le logement touristique et un contrôle des locations de courte durée.

Des solutions alternatives à trouver

Des modalités de logement alternatives à la location et à la propriété (colocation, habitats légers, baux solidaires…) « doivent aussi être développées ». Quant aux logements d’urgence, dont le nombre s’avère insuffisant, « cela doit une priorité pour les communes ».

Et alors que l’échéance des élections européennes approche, ils font de l’habitat une question centrale. Ils demandent ainsi à l’État et à l’Europe de soutenir une politique de maîtrise du foncier et de construction de logements locatifs publics, accessibles aux jeunes et aux plus modestes, « en rejetant le traité européen fixant des contraintes budgétaires des États, de renforcer la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) et d’encadrer les plateformes internationales d’hébergement de courtes durées ».

Mardi 26 mars : Rencontre avec les acteurs de la filière halieutique bretonne et du Pays Bigouden à Loctudy

Organisée conjointement par la section PCF du Pays Bigouden et par l’interpro de défense des métiers de la filière pêche dans le Pays Bigouden, de nombreux armateurs, patrons pêcheurs, acteurs et porte-paroles de la filière ont eu un échange très chaleureux avec Léon Deffontaines et Fabien Roussel. Ils étaient accompagnés par Louis Guiriec de la section du pays bigouden, des candidats aux européennes du PCF Amar Bellal et Taran Marec, Gladys Grelaud, conseillère régionale, et Gérard Lahellec, sénateur, Guenola Le Huec, secrétaire départementale du PCF Morbihan et élue, Ismaël Dupont, conseiller départemental et secrétaire départemental du PCF Finistère, les deux amis élus de l’opposition Christine Corfmat, et André Flament et de Maryse Rousseau, secrétaire de la section PCF du Pays Bigouden. De nombreux journalistes de la presse écrite et de la télévision couvraient cet événement.

Une cinquantaine de militants communistes bigoudens ont accueilli ensuite Léon Deffontaines et Fabien Roussel sur le port de Loctudy, pour une crêpe et un coup de cidre sous le barnum, pour une rencontre conviviale prolongée avec les patrons de pêche, avant que Léon Deffontaines ne prenne lui-même la mer à bord d’un chalutier à Lesconil.

La journée s’est poursuivie le soir, par un meeting politique régional à Quimper, en présence de 450 personnes.

          

      

     

Quelques images

 

Reprenons la main sur l’avenir de la pêche artisanale

 Le réchauffement  et le dérèglement climatiques nous obligent, la transition est nécessaire

ils impactent la biodiversité et la ressource s’en ressent. De plus, comment ne pas s’indigner de ces multinationales qui pillent les océans en toute impunité en cumulant de « superprofits », au détriment d’une pêche raisonnée , respectueuse de la gestion de la ressource et des habitats marins.

Toutes les activités économiques sont concernées, la pêche aussi ! Il est inadmissible que des multinationales s’accaparent la plupart des quotas. Les conséquences sont mortifères pour la pêche artisanale : diminution de la ressource, réduction de la puissance de pêche par la destruction de navires, diminution des apports sous les criées, fermetures d’entreprises de mareyage, de constructions navales, de mécanique spécialisée….et des licenciements actés et à venir.

Les professionnels de la pêche artisanale se sont adaptés à la situation en utilisant des méthodes de pêche raisonnées et en privilégiant la ressource destinée à la consommation humaine plutôt qu’à des usages industriels.

 

 L’Union Européenne tient un double discours

D’un côté elle prône une pêche responsable, vertueuse et durable et de l’autre elle favorise le développement de multinationales de la pêche industrielle, responsables en grande partie de la destruction de la ressource. Le gouvernement français nie la présence des navires usine en zone protégée.

En janvier 2024, les eurodéputés LR et Renaissance ont rejeté un amendement interdisant aux bateaux de plus de 25m de pêcher dans les eaux de la bande côtière. La crise que connaît la pêche artisanale sur notre quartier maritime est un choix politique national et européen. Ce n’est pas une fatalité !

 

  Les professionnels doivent s’organiser démocratiquement et retrouver la maîtrise de leur métier.

Le Comité National des Pêches et les Organisations de Producteurs, instances représentatives des marins, ont toute légitimité pour réfléchir et proposer des solutions d’avenir.

Les Organisations de Producteurs gèrent les activités de la pêche (fileyeurs, ligneurs, côtiers, hauturiers…) sur le plan économique, notamment sur la répartition des quotas, et sur la garantie d’un prix minimum. On peut craindre que ces instances ne soient devenues les courroies de transmission des directives décidées sans concertation,  au niveau des commissions européennes et du ministère français.

 

  La transparence de la répartition des quotas est un enjeu majeur, qui détermine la pérennité de la pêche artisanale et de l’économie de notre territoire.

Chaque année, la Commission Européenne en lien avec les scientifiques, fixe des quotas par espèces : TAC (taux autorisés de capture). Elle se tient à huis clos, afin de répartir les quotas à chaque pays membre. C’est à cette étape que les multinationales usent de leurs influences pour récupérer un maximum de quotas au détriment de la pêche artisanale.

 

Pour les communistes , il devient urgent que la filière dans son ensemble s’organise collectivement et se réapproprie son activité, à l’instar de l’action menée par l’Interpro de Loctudy et de l’Association “demain St Gué”

 

 

 

Pour une politique sociale coordonnée du logement en Pays Bigouden

OBJET : PLUI-H, contribution de la section PCF du Pays Bigouden

Madame la Présidente de la communauté de commune du Haut Pays Bigouden,
Monsieur le Président de la communauté de commune du Pays Bigouden Sud,
Mesdames, messieurs les maires des municipalités du Haut Pays Bigouden et du Pays Bigouden Sud, Lire la suite

Patrick Quelaudren, notre ami, notre camarade.

Notre ami et camarade Patrick Quélaudren nous a quitté hier, lundi 4 décembre au matin.

Militant de la cause Laïque, «il n’en faisait jamais assez pour les écoles publiques, il ne comptait pas son temps. Patrick était une personne très attachante », commente Guy Barré qui partageait la présidence de l’Amicale laïque avec lui.

« L’Amicale laïque est orpheline », émet Liliane Filoche, cheville ouvrière de l’association qui compte près de 500 adhérents.

Référent des délégués départementaux de l’Éducation nationale (DDEN), militant de la Fédération syndicale unitaire (FSU), adhérent au Parti Communiste Français (PCF), trésorier de la JPA 29 (Jeunesse au plein air), membre du conseil d’administration de la Ligue de l’enseignement… Patrick faisait partie de ces personnes qui se donnait en toute humilité.

Véronique Blanchet reste marquée. « J’ai énormément appris à ses côtés, Patrick m’a guidée. Il possédait une grande humanité. Il était à l’écoute, jamais dans le jugement, confie celle qui a milité avec lui au Front de gauche, il avait toujours un discours apaisant, avec pour seul objectif le bien de l’autre ».

Nos pensées vont vers sa famille, ses proches et ses amis.

Une cérémonie sera organisée en son hommage
mardi 12 décembre, à 14 h 30, au Patronage Laïque à Pont-l’Abbé.

Louise Trimaille :
“Magnifique billet à un grand homme, militant, généreux et plein d’humour. Je n’ai que de bons souvenirs de Patrick avec qui j’étais partie en colo quand j’étais enfant.  Il nous manquera à tous !”

Gaston Balliot :
“Nous avons fait ensemble un très long chemin en politique.
Collectif antilibéral, Collectif StopTafta (nous avons même organisé ensemble une belle réunion publique dans son Penhors), Front de Gauche, Parti Communiste.
Toujours dans la confiance, la bonne humeur, la réflexion commune avec exigence. Un homme bien, vraiment ! “

Véronique Blanchet :
A mon ami et camarade,
Adjoint au maire à la jeunesse et aux sports de 2008 à 2014, Patrick connaissait toutes les associations et clubs sportifs de Pont-l’Abbé. Son mandat d’élu était aussi un engagement fort dans sa vie de citoyen. Présent aux Assemblées Générales, matchs, tournois, festivités, il répondait aux sollicitations inlassablement, cherchant des solutions aux problèmes afin de faciliter les organisations, sans différence de traitement, organisant des rencontres entre partenaires pour fédérer et faciliter la communication. C’était un homme de terrain mais il connaissait parfaitement les règles, de sorte à ne jamais faire de promesses irréalisables. Il était apprécié pour son honnêteté et sa franchise.
Auprès de la jeunesse, il a accompagné les responsables et agents du Service Enfance Jeunesse de la Ville et de l’Espace jeunes, toujours présent et disponible, mais avec grand respect pour leur fonction, sans jamais les empêcher dans leurs missions.
Pendant les six années de mandature, nous avons travaillé conjointement pour les écoles, la jeunesse et la culture. Homme de gauche, laïque et humaniste, empli de fraternité, convaincu du mieux vivre ensemble et du bien public, J’ai pu profiter de ses expériences qu’il a toujours mis généreusement et sans calcul au service de l’intérêt général. Grace à ses connaissances et un travail acharné, bon nombre de projets ont pu aboutir. J’ai eu une immense chance de croiser sa route.
Mon ami et camarade Patrick est parti lundi matin, il n’a pas pu mener à bien la dernière mission qu’il s’était confiée : préparer avec les écoles et ses partenaires, la semaine de la laïcité. On devra faire sans lui à présent, mais il a fait en sorte de nous laisser la place, comme d’habitude !

C’est un joli nom “camarade”

12 décembre 2023

Une foule impressionnante est venue rendre hommage à Patrick, la grande salle du patronage laïque n’a pas suffit, la rue était pleine de gens n’ayant pu entrer.

Des hommages émus à la tribune, des chants, Brassens, Ferrat, et bien sûr pour terminer Le Chiffon Rouge…

Halte au massacre à Gaza ! La France doit exiger un cessez-le-feu immédiat

Suite à l’appel lancé par une vingtaine d’organisations (*) plusieurs centaines de manifestants se sont retrouvés, samedi 11 novembre place St Corentin à Quimper.
Deuxième manifestation depuis le 28 octobre, le nombre croissant de manifestants démontre bien l’exigence d’une résolution pacifique de cette guerre qui fait des milliers de victimes, tant palestiniennes qu’israéliennes.
Face à une assemblée digne et silencieuse, Yves Jardin, président du collectif cornouaillais de France Palestine Solidarité, a lu un texte collectif (*) appelant à un cessez le feu immédiat à Gaza pour que cessent « les bombardements, les offensives terrestres et les déplacements forcés de populations” et demandant la levée immédiate du blocus. ” Nous rendons hommage à l’ensemble des populations civiles, palestiniennes et israéliennes, victimes de crimes de guerre. Chaque vie compte. »
Après une minute de silence, un cortège s’est ensuite élancé vers la place de la Résistance marquant ainsi la fin de ce rassemblement.

Le PCF du pays bigouden vous appelle à rejoindre les manifestations exigeant la paix tant que ce conflit perdure” Lire la suite