Banalisation de l’extrême droite : la menace n’est plus fantôme

​La dédiabolisation du Rassemblement national et de la fachosphère a atteint des sommets tels que la gauche est aujourd’hui présentée comme étant plus dangereuse que Marine Le Pen par des intellectuels et des élus. Même les mises en scène macabres sur le Web ne suscitent pas un tollé général. Continuer la lecture

Front large pour les libertés !

Front large pour les libertés !

Le danger est présent, palpable, menaçant.

Il est d’autant plus inquiétant qu’il est loin de ne toucher que la France. Le vent mauvais d’une réaction brune souffle partout et donne l’impression déroutante de faire corps avec notre époque caractérisée par la violence et l’individualisation des rapports sociaux, la destruction des conquêtes sociales et du tissu productif, l’insécurité de vie, la dégradation des conditions d’existence et le bouleversement du monde organisé par le capital mondialisé. Cette vague brune n’est donc que l’expression de la dégénérescence du système capitaliste qui cherche les voies de son sauvetage, en aucun cas son antidote !

Les gouvernements englués dans la fuite en avant ultralibérale sous la bannière des carcans européens, travaillent aux « recompositions politiques » pour étouffer à jamais toute perspective de transformation révolutionnaire. La montée des extrêmes droites, l’appel de militaires au quasi-soulèvement, les manifestations de policiers appelant à l’insoumission devant les lois de la République vont de pair avec la destruction méthodique des conquis sociaux et démocratiques, déportant l’ensemble du paysage politique vers la droite extrême. C’est le scénario idéal pour les puissances d’argent, celles qui criaient hier « plutôt Hitler que le Front populaire ».

L’accélération des évènements laisse craindre que ce vent n’emporte jusqu’aux conquêtes que l’on croyait les plus solidement ancrées dans le patrimoine commun de la République. Le capitalisme dans ses développements actuels fait son miel des théories différentialistes, de la segmentation sociale, du contrôle des populations qu’il suscite et dont il profite, des lois sécuritaires, du monopole du pouvoir par les exécutifs. Et quand l’extrême droite vient couronner un système en crise, le travail y est plus encore caporalisé et les droits sociaux laminés. Les classes populaires et les travailleurs y ont tout à perdre. Ils n’auront ni sécurité, ni dignité mais seront divisés et affaiblis pour être ballotés au vent d’un arbitraire qui les assignera à résidence sociale.

Les libertés publiques sont constitutives du projet républicain tel qu’il a été pensé et fondé par les révolutionnaires de 1789. Elles reposent sur des principes puisant dans l’héritage des Lumières dont celui, fondamental, de séparation des pouvoirs. Mais aussi de proportion et de hiérarchie des peines, du droit à la prescription comme à la présomption d’innocence. Ces fragiles équilibres nous protègent toutes et tous contre l’arbitraire. L’histoire nous enseigne que leur défense ne peut être efficace qu’adossée au respect et à la promotion des conquêtes sociales. Les libertés ne sauraient être réservées à quelques-uns, et leur préservation ne peut être que le fruit d’un rapport de forces majoritaire.

Fédérer largement autour de ce combat d’intérêt général commande donc de définir le contrat social nouveau par lequel chacune, chacun s’attacherait à recoudre les déchirures du pays pour « continuer la France », selon la belle expression de Paul Vaillant-Couturier, avec ses apports successifs, selon le principe de citoyenneté élargi au champ de la production. Un contrat social et démocratique reposant sur la démocratie pleine et entière, la souveraineté populaire, l’appropriation sociale et démocratique des grands secteurs de production et d’échange, la fin du pouvoir personnel, de l’arbitraire actionnarial, le travail souverain, mais aussi par l’instauration d’une force publique protégée dans ses missions mais « instituée pour l’avantage de tous » et non à la recherche de droits spécifiques.

Le sillon que nous creuserons le 12 juin prochain à l’appel de dizaines d’organisations démocratiques et progressistes est celui de l’humanisme, des Lumières, des révolutions, de l’internationalisme, du socialisme et du communisme français.

Travailler à fortifier ces courants est le plus sûr moyen de « défendre et développer les libertés démocratiques pour assurer la paix humaine ».

L’éditorial de L’Humanité Dimanche du 27 au 30 mai 2021 – par Patrick Le Hyaric.

Pavés d’actualité

Valls : le retour

Voici le retour de l’ancien Premier ministre Valls à un an des élections présidentielles. Soit le vent tourne, soit c’est la girouette qui s’agite. Celui qui, dans la région parisienne, changeait de circonscription au gré de ses chances de devenir quelqu’un, celui qui faisait hier encore des déclarations d’amour à Barcelone après avoir été rejeté par l’écosystème macronien, revient nous donner des leçons comme si le climat n’était pas déjà assez délétère comme cela.

C’est vrai que là-bas, à Barcelone, il n’a pas pu déchiqueter la gauche, cultiver la crispation identitaire, utiliser à sa guise l’article 49-3 pour imposer ses lois, imposer une contre-réforme du code du Travail, cracher le matin à la radio contre les Rom « qui ont vocation à retourner en Bulgarie ou en Roumanie ».

On n’a pas voulu de lui à Barcelone. Son score de 13% à la mairie de Barcelone en témoigne. Alors il revient. Et il se surpasse, ou plutôt il dit tout haut le fond de sa pensée. La semaine dernière, il s’est prononcé contre l’existence d’un État palestinien parce que, a-t-il doctement dit, « s’il y avait un État palestinien ce serait un État terroriste » !

On le voit : M. Valls ne lésine sur rien. Déjà au pouvoir, il était de ceux qui bataillaient contre l’Observatoire de la laïcité. Aujourd’hui il est de ceux qui sautent toujours à pied joint dans la flaque lorsque l’on s’acharne à dénoncer « les ennemis de la République », pèle mêle : l’UNEF, la Ligue de l’enseignement, la Ligue des droits de l’homme, certains journalistes (surtout à gauche)… Par contre il peut parler dans l’hebdomadaire d’extrême droite Valeurs Actuelles du « péril islamo-gauchiste » et déplorer une « guerre entre races » après n’avoir eu aucun problème à défiler avec l’extrême droite espagnole contre le Premier ministre socialiste espagnol.

Bref, ce retour n’est pas bon pour la France, encore mois pour le débat d’idées. Il ajoutera encore une couche à l’odeur nauséabonde qui empeste le pays. C’est l’objectif recherché, et M. Macron saura le récompenser.

Palestine 

Plus de son, plus d’images de Palestine. Il est vrai que la propagande ne peut plus filmer les roquettes du Hamas. Cela ne veut pas dire que la guerre que mène l’État israélien au peuple palestinien soit moins intense. Check-points matin et soir, mur de séparation, destructions de maisons et vol de terres comme de l’eau dans la vallée du Jourdain, ratonnades dans les camps de réfugiés au soir tombé, destruction d’équipements publics, apartheid en marche, privations de droits des citoyens arabes israéliens, étouffement des populations de Gaza et chômage dépassant la moitié de la population active. Non, la guerre n’est pas fini, elle continue dans le silence et c’est bien là le danger. C’est ce qui fait tout le malheur d’un grand peuple, à l’immense culture niée, un peuple humilié, rejeté, privé de sa terre et de son État.

Pourquoi la France, qui par l’intermédiaire du ministre des Affaires étrangères a osé dire un bout de vérité, se laisse t’elle humilier et cracher à la figure par ce premier ministre israélien corrompu et allié de l’extrême droite ?

Aucune illusion à avoir : ce n’est pas par la tendresse qu’on fera appliquer le droit international. La France est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. Elle doit taper du poing sur la table et agir avec les populations européennes pour faire appliquer ce droit qui prévoit un État palestinien dans les frontières définies en 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, vivant en paix et en sécurité aux côtés de l’État d’Israël. Ne pas agir tout de suite c’est accepter cette guerre silencieuse sans fin contre les Palestiniens et leur destruction en tant que peuple.

La lutte victorieuse des femmes de chambre

Voici une admirable lutte d’une vingtaine de femmes de chambre de l’hôtel Ibis des Batignolles (12ème arrondissement de Paris), commencée en juillet 2019.

Vingt-deux mois de lutte au total pour ces femmes, employées d’une entreprise sous-traitante du groupe Accor pour nettoyer près de quatre chambres par heure. Rachel, Tiziri et leurs autres collègues et amies, toutes des africaines, étaient surexploitées, humiliées, méprisées, mal payées… Leurs heures supplémentaires étaient tout simplement ignorées par leur employeur. Certaines d’entre elles ne parlent toujours pas le français, ce qui arrange les patrons qui n’ont pas intérêt à ce que les employées connaissent le droit social ou encore leurs droits à la formation.

L’extrême droite et sa droite extrémisée ont beau jeu de gloser sur les « immigrés ». Ils leur servent pourtant bien de chair à canon pour faire pression sur le travail, sur les salaires et les droits sociaux. De ceci personne ne parle.

Ces courageuses femmes ont donc gagné le paiement de leurs heures supplémentaires, une augmentation de 7,30 euros par jour, des requalifications se traduisant par des hausses de rémunérations allant jusqu’à 250 euros par mois, la réintégration des CDD en CDI et une diminution des cadences, pour ne préparer que trois chambres par heure. Une lutte exemplaire !

Félicitations à elles ainsi qu’à la CGT et aux militants et élus communistes qui ont été à leurs côtés durant ces 22 mois de lutte qui se concrétisent pas une belle victoire.

Une dangereuse ubérisation des états

Une dangereuse ubérisation des états

L’actualité de la crise sanitaire est dominée par l’apparition de nouveaux variants du Covid-19 impliquant des mutations qui risquent de compromettre l’efficacité des vaccins. Mais une autre mutation, non moins importante, semble en gestation dans le cadre de cette crise.

En effet, d’importants indices semblent annoncer de sérieux changements dans la composition – et la direction – du système capitaliste mondial. D’un côté, des faillites, menaces de faillites et/ou pertes gigantesques et en cascade de grosses entreprises, souvent centenaires, et ce, dans des secteurs très variés. La Société générale, Commerzbank, Deutsche Bank, Santander, pour le secteur financier; Exxon, British Petroleum, Chevron, Shell, Total, pour l’énergie; Lufthansa, Airbus, British Airways, Boeing, SNCB, pour le transport ; Thyssenkrupp, Renault, Rolls-Royce Holdings Inc., Fiat Chrysler, Siemens, Danone, Adidas… pour l’industrie.

De l’autre côté, une poignée d’entreprises phares du nouveau capitalisme de plateforme, les Gafam (Google, Amazon, Microsoft et autres Tesla, SpaceX..) engrangent des bénéfices gigantesques. Mêmes performances dans l’industrie de l’armement (General Dynamics, Raytheon, Northrop Grumman, Dassault, Lockheed Martin…) et les grands de Big Pharma (Pfizer, Glaxo-SmithKline, Moderna, Johnson & Johnson et BioNTech). Et ce, dans un processus de clair rapprochement entre ces « gagnants ».

Serions-nous devant la formation d’un nouveau complexe militaro-pharmaco-numérique voué à gérer la mondialisation du XXIe siècle ?

Ces listes des « perdants » et « gagnants » ne sont ni exhaustives ni représentatives de situations similaires. La situation calamiteuse des banques Santander (Espagne) et Commerzbank (Allemagne) est différente, par exemple, de celle de la Deutsche Bank et de la Société générale, qui viennent d’être sorties du « rouge » par Merkel et Macron. Indice intéressant dans le domaine financier et dans la même direction de cette chronique : Christine Lagarde (FMI) et Janet Yellen, secrétaire du Trésor américain, commencent à s’inquiéter sérieusement de l’avenir de leur monnaie avec les succès du bitcoin, de la libra (Facebook), blockchain EOS (Google).

Pour ce qui est du secteur pharmaceutique, les ententes avec les plateformes du Web font florès, Google en tête. Ce dernier a conclu des contrats avec GlaxoSmithKline, Sanofi et Novartis pour le traitement de diverses maladies, en cherchant à associer la technologie numérique et la recherche médicale. Amazon n’est pas en reste ; après avoir obtenu une licence pour avoir le droit de commercialiser des produits pharmaceutiques aux États-Unis, il a acheté, pour un peu moins d’un milliard de dollars, la société PillPack, spécialisée dans la commercialisation et le conditionnement des médicaments, opération qui a affecté les cotations des entreprises pharmaceutiques américaines. Des conversations avec Sandoz et Novartis laissent penser que Bezos compte investir également le domaine de la production pharmaceutique et ne pas se limiter au marché américain. En janvier 2020, Amazon Technologies Inc. a déposé une demande de marque au sein de l’Union européenne sous le nom d’Amazon Pharmacy. De son côté, le groupe Dassault, par ailleurs fabricant de l’avion de chasse Rafale, est devenu, via sa marque Biovia, le numéro un mondial dans la recherche sur les comportements biologiques et la thérapeutique intégrée. Mais là où les rapprochements sont les plus édifiants, c’est dans le secteur de la défense. Ils étaient déjà perceptibles lorsque, en 2013, Amazon, moyennant un contrat de plus de 600 millions de dollars américains, devenait le principal fournisseur de services de cloud Computing (système informatique d’archivage et de gestion de données en externe) pour la CIA et 16 autres agences de la « communauté du renseignement ». Puis, en octobre 2019, le Pentagone a attribué à Microsoft un contrat de 10 milliards de dollars pour dix ans, visant la création d’un cloud global, incluant la totalité des branches des forces armées, pour gérer la documentation sur la recherche de nouvelles technologies associées à l’essor de l’intelligence artificielle. Jeff Bezos (Amazon) conteste la décision, arguant qu’elle a été dictée par Trump pour favoriser Microsoft. A leur tour, Apple et Facebook se disputent le contrôle des données des utilisateurs d’iPhone. Signes des luttes au sein de l’oligopole…

De son côté, la CIA, voyant plus large et plus loin, concluait, en novembre 2020, un contrat pour les mêmes services, mais cette fois avec l’ensemble des géants du Web, qui ont été mis en concurrence.

Allons-nous vers une ubérisation des États ? Le récent recrutement du général Keith Alexander comme membre du conseil d’administration d’Amazon donne une idée du degré de proximité de ces partenariats. Chef des services de sécurité de l’armée lors des attentats du 11 septembre 2001 et à la suite de sa « remarquable » performance, il fut recruté par la NSA pour optimiser les systèmes d’écoute des communications, en concertation, déjà, avec les Gafam. C’est lui qu’Edward Snowden avait dénoncé comme étant le mentor du gigantesque système d’espionnage de la NSA. Une des raisons de la hargne contre WikiLeaks est que ce dernier a révélé, en 2018, le réseau de filiales, jusqu’alors secret, du système cloud d’Amazon dans une centaine de localités d’une dizaine de pays.

Aujourd’hui, conscient des énormes potentialités de l’intelligence artificielle, dont les Gafam sont devenus les maîtres incontestés, Keith Alexander a la tâche de faire d’elle un instrument géopolitique de premier ordre, dont Joe Biden n’aura qu’à tenir compte. Vu le pedigree de ce dernier et la composition de son équipe, gageons qu’Alexander sera bien servi.

La candidate aux élections présidentielles Elizabeth Warren avait inscrit le démantèlement des Gafam comme un des points majeurs dans son programme. Chris Hughes, fondateur avec Mark Zuckerberg de Facebook, partageait cette demande, déçu de voir ce que son groupe était devenu. Bien entendu, le Pentagone ne le permettra jamais. Pour le savoir (et en prendre note), écoutons Larry Page, un des fondateurs de Google, expliquer au Financial Times que les Gafam « ont vocation à remplacer les dirigeants politiques puisqu’elles comprennent mieux les enjeux du futur que les politiciens ».